Mes IDO beaucoup d’idées design derrière la tête !

By 2 septembre 2015Médias

Allier esthétique et pragmatisme, c’est le subtil équilibre qu’a atteint Virginie Letyrant avec ses produits originaux. Installée en Lorraine depuis 1993, elle partage les valeurs régionales et en utilise les savoir-faire. Portrait d’une femme entrepreneure exigeante pour sa clientèle !

Après 15 ans comme cadre commercial, Virginie Letyrant a changé de vie pour devenir entrepreneure  «j’ai toujours aimé le design, j’ai pensé à des objets que j’aimerais voir et avoir, tout a démarré là» raconte-t-elle. Son projet a été par la suite affiné et mûri. La future chef d’entreprise a pu suivre de nombreuses formations auprès de la CCI : modules thématiques (comptabilité, assurance, etc.), «5 jours pour entreprendre» avec interventions de professionnels. Fort de cet accompagnement, qu’elle juge excellent, l’entrepreneure s’est lancée en 2012. «Je suis restée un an en couveuse d’entreprises. Cela m’a permis de prendre le temps de trouver les bons sous-traitants» explique la dirigeante de Mes IDO. Et pour cause, le fait de produire localement constitue «le cœur du projet» comme elle le précise. Ainsi, les objets en bois sont produits dans les Vosges et ceux en aluminium ou en métal à Nancy. Mais justement, quels sont ces fameux articles originaux venant peupler bureaux et intérieurs ?

Esthétisme et pragmatisme

Le premier objet proposé a été le bar nomade, en aluminium afin d’être transportable à l’extérieur. «Puis, une amie m’a fait une demande pour un porte-parapluie» relate l’entrepreneure qui n’a de cesse depuis de proposer de nouveaux produits : arbre à vêtements, à bijoux, etc. Ces objets atypiques viennent égayer : bureaux, showrooms ou intérieurs. «Suivant le produit, mes clients sont plus des particuliers ou des professionnels» précise la dirigeante de Mes IDO, basée dans la banlieue proche de Nancy. Les produits design et insolites de cette entreprise se positionnent dans le haut de gamme. «Je fais appel aux savoir-faire industriels de la région mais avec une exigence de qualité supérieure» souligne Virginie Letyrant en évoquant ses excellentes relations avec ces sous-traitants. Suite aux échanges nombreux et fructueux avec ses partenaires, leurs contraintes de production sont prises en compte durant tout le processus de création, y compris sous le crayon d’Olivier, compagnon de l’entrepreneure ayant dessiné plusieurs produits.

Vers d’autres horizons

Un coup de pinceau et un savoir-faire lorrain qui a su séduire au-delà de nos frontières puisque Mes IDO a pu vendre des produits en Suède. «Depuis le printemps, nous avons un site en anglais et je vise particulièrement le marché britannique, très sensible au design français» confesse la chef d’entreprise, fière de mes-ido.fr créé par un autre de ses partenaires locaux : l’agence de communication Berlioz à Nancy. Le marché outre-Manche pourrait être le terrain de jeu idéal pour la nouvelle collection d’objets proposée par Mes IDO, certains visant directement le marché des cadeaux d’entreprise : porte-clés, porte-télécommandes et horloges. «Je suis à l’écoute du client, sur la gamme existante il est possible de personnaliser l’objet en fonction de ce qu’il souhaite» stipule l’entrepreneure, qui s’est attachée au fil des années aux valeurs de la Lorraine. «La région m’a particulièrement bien accueillie et je souhaite lui redonner un peu de ce qu’elle m’a offert» tient à dire Virginie Letyrant, plaçant l’économie locale et le savoir-faire lorrain au centre de Mes IDO.

porte cTélécharger l’article

Revue de presse Les Tablettes Lorraines n° 1718 14 Lundi 3 août 2015- Karl Demyttenaere